Je suis une super-héroïne et j’ai un super-pouvoir

Publié le par ninina.over-blog.com

Ce pouvoir ne marche pas bien sûr sur moi-même, malheureusement.

 

Il ne marche que pour les autres : grâce à ce pouvoir, il me suffit d’un coup d’œil pour déceler n’importe quel arnaqueur ou charlatan malgré un emballage soigné et brillant.

 

Mon point fort où je suis vraiment imbattable c’est de trouver les fautes d’orthographes, forcément ça la fout mal quand tu vois celles d’un prof ou d’un futur patron pendant un entretien d’embauche par exemple.

 

Et du coup je ne vois pas les gens comme ça de la même manière que les autres.

C’est vrai ça, comment veux-tu que j’ai un respect inouï pour un prof qui écrit comme une merde et qui se permet de me regarder de haut. En plus c’est qu’il ou elle ne se rend pas compte de son ignorance.

 

Je ne vois pas mes propres fautes, mais celles des autres ne m’échappent pas. Je ne ressens pas vraiment de gêne quand on décèle mes fautes (bon j’avoue la plupart du temps je prétexte un manque d’inattention plutôt que l’ignorance). Mais je vous avoue que je révise toujours assez régulièrement mes conjugaisons et les accords du participe passé (purée AVIS à l’académie française quoi, pour rendre la langue française plus accessible et favoriser ainsi l’intégration des étrangers et faciliter la mixité sociale il faut réduire les règles des accords du participe passé à ceux des verbes être et avoir,  point barre, sinon ce serait bien pour la paix dans le monde aussi je vous assure).

 

Cette situation me rappelle l’américain Ted Stanger dans « Sacrés français » qui explique dans son livre que si certaines personnes se font le plaisir de corriger les fautes des autres c’est juste pour se venger de ceux qui séchaient les cours avant et qui maintenant sèment des coquilles partout sur leur passage. Il a pas tout à fait tord, mais je ne corrige pas les coquilles des autres juste pour faire genre c'est aussi pour qu'on me corrige, on n'est pas parfait et en se faisant reprendre on évite de reproduire les mêmes erreurs.

 

Je connais un gars qui ne peux écrire deux phrases à la suite sans cumuler les fautes, ça en devient gênant à force, au début je m'amusais à corriger ses fautes puis j'ai arrêté en me rendant compte qu'il ne faisait ni exprès, ni par manque d'inattention. Pour un gars qui a une licence en Communication d'une Université française puis qui s'est retrouvé en Grande école de Commerce, c'est chaud quand même. Je me demande s'il n'a pas une sorte de dislexie. Sérieusement quand j'y pense ça fait pitié un peu.

 

Bref cet article m'a été inspiré à la vue d'un CV en ligne d'une collègue qui a plus de 20 ans d'expérience mais j'ai dénombré 5 fautes facile à la première lecture. Je dirais des fautes d'inattention : manque d'accent, mais aussi des fautes/coquilles impardonnables du genre le "s" du pluriel. Au moins 3 fautes concernent le manque de "s" devant "Les". Du coup quand il y a une répétition ben forcément il y a suspicion (elle sait qu'il faut un "s"  après "les" ou pas ?

 

Bref, je suis mais d'un rassurée, je fais des fautes, certes mais j'ai plus tendance à mettre des "s" partout.

 

Ps: Si vous voyez des fautes, corrigez-les hein, ça m'aidera à avancer. Merci.

Publié dans Je me parle

Commenter cet article